Plaidoyer pour une architecture consciente des nouveaux enjeux énergétiques

gestion-energie

Nous reproduisons dans cet article le texte d’un enseignant de l’école d’architecture de Paris diffusé auprès des élèves préparant l’entrée à l’école d’architecture. Cet écrit démontre la conscience environnementale qui commence à se répandre dans les institutions préparant la nouvelle génération d’élèves aux enjeux énergétiques de l’architecture.

 

« Les deux dernières décennies ont apporté des changements importants à la profession d’architecte. À la suite de l'escalade traumatisante des prix de l'énergie, des pénuries, des embargos et de la guerre, ainsi que des préoccupations accrues concernant la pollution, la dégradation de l'environnement et l'épuisement des ressources, nous sommes de plus en plus conscients de l'impact environnemental de notre travail en tant que professionnels du design.

Les lacunes des bâtiments d'hier sont également devenues de plus en plus évidentes : des systèmes électriques et de climatisation inefficace gaspillent de grandes quantités d'énergie.   La combustion de combustibles fossiles sur place et dans les centrales électriques ajoute des gaz à effet de serre, des pluies acides et d'autres polluants à l'environnement.  À l'intérieur, de nombreux matériaux de construction, meubles et finitions dégagent des sous-produits toxiques qui contribuent à la pollution de l'air intérieur. Des systèmes d'éclairage et de ventilation mal conçus peuvent causer des maux de tête et de la fatigue.

Les architectes visionnaires en sont venus à comprendre que l'objectif d'une bonne conception n'est plus simplement de créer un bâtiment esthétique - les bâtiments de l'avenir doivent aussi être respectueux de l'environnement. Ils ont réagi en spécifiant des niveaux accrus d'isolation thermique, des intérieurs plus sains, un éclairage plus efficace, de meilleurs vitrages et équipements de chauffage, ventilation et climatisation, des échangeurs de chaleur air-air et des systèmes de ventilation avec récupération de chaleur.

Des progrès significatifs ont été réalisés et ces progrès constituent un premier pas très important dans la bonne direction.  Cependant, ce n'est pas suffisant. Pour que les pays développés puissent continuer à jouir du confort de la fin du XXe siècle et pour que le monde du développement puisse espérer y parvenir, la durabilité doit devenir la pierre angulaire de notre philosophie de conception. Plutôt que de nous contenter d'utiliser moins de combustibles non renouvelables et de créer moins de pollution, nous devons concevoir des bâtiments durables qui dépendent de ressources renouvelables pour produire une partie ou la totalité de leur propre énergie et ne créent aucune pollution.

L'une des technologies d'énergie renouvelable les plus prometteuses est le photovoltaïque. Le photovoltaïque (PV) est un moyen vraiment élégant de produire de l'électricité sur place, directement à partir du soleil, sans se soucier de l'approvisionnement en énergie ou de l'environnement.  Ces appareils à semi-conducteurs produisent simplement de l'électricité à partir de la lumière du soleil, en silence, sans entretien, sans pollution et sans épuisement des matériaux. Le photovoltaïque est également extrêmement polyvalent - la même technologie qui peut pomper l'eau, moudre le grain et assurer les communications et l'électrification des villages dans les pays en développement peut produire de l'électricité pour les bâtiments et les réseaux de distribution dans les pays industrialisés. Plus que tout autre élément de construction, le toit et surtout la façade doivent faire face à des exigences changeantes et souvent imprévisibles. Les matériaux de façade, les éléments de construction et les techniques de construction visibles à l'intérieur et à l'extérieur du bâtiment doivent répondre à des normes exigeantes d’efficacité énergétique »

© 2006-2009 economies d energie. fr - Tous droits réservés - Contact